Les différentes méthodes pour faire dormir son bébé (aujourd’hui et hier)

ludisign
Laisser un commentaire
Catégorie: Education
fa767426ed45357bf062be9e44b3bb15

Ce n’est pas pour rien que c’est une des premières questions qu’on pose aux parents qui ont un bébé à la maison : « est-ce qu’il dort bien » ? Derrière cette question se cachent les précieuses minutes de siestes volées sur le coin de l’évier, les élans d’espoirs que font naître les premières minutes de silence, les interrogations sur cette lubie de se réveiller dix minutes à peine après qu’on se soit, nous, endormis…

Et pour compliquer le tout, chaque enfant a un rythme différent, ce serait trop facile sinon. Donc une fois qu’on a chopé le truc pour le premier, contrairement au vélo, on repart de zéro.

Devant pareille spécificité de la nature infantile, pas étonnant que les méthodes et les astuces aient fleuri à gogo de tout temps. Petit tour d’horizon…

 

La méthode progressive

C’est celle qui consiste à introduire une évolution dans les derniers moments avant le coucher au fil des jours. On commence par bercer son enfant dans ses bras avant de le coucher jusqu’à ce qu’il soit endormi, puis seulement au bord de l’endormissement, puis simplement calme, etc. Ou on se pose dans une chaise à côté du berceau pour s’éloigner de quelques centimètres chaque jour…

 

La méthode « il finira par se fatiguer de pleurer »

Alors celle-ci, on peut dire qu’elle a perduré à travers l’histoire ! Et pourtant les parents y sont de moins en moins favorables, probablement parce que l’idée qu’un bébé ne pleure pas pour faire un caprice, mais parce qu’il a besoin de quelque chose est de plus en plus répandue.

 

La méthode zéro larme

Plébiscitée un temps dans le monde anglo-saxon, elle consiste à débarquer au moindre frémissement avant que les pleurs ne débutent. La technique met certes à l’abri des tensions et des larmes, mais a été abandonnée par l’humanité, on ne se demande pas pourquoi !

 

La méthode de l’atterrissage

On ne la connaissait pas, on l’a trouvée sur le célèbre blog Maman Louve en préparant cet article. En gros il s’agit de bercer son petit en l’éloignant progressivement de son corps pour le rapprocher tout aussi doucement de son lit, jusqu’à l’y déposer.

 

Le sommeil partagé

Le fameux co-sleeping de nos amis américains, qui consiste à partager son lit ou sa chambre avec son enfant. La méthode divise complètement, et trouve peu d’échos en France. Elle y a tout de même gagné certains adeptes, sous l’impulsion notamment d’Hélène Stork.

dcea72253e725750a48a80833268254b

 

La méthode du 5-10-15

Une technique que beaucoup de mères trouvent insoutenable, mais que d’autres trouvent absolument salvatrice. Il s’agit de préparer le bébé au coucher avec une routine identique chaque soir, puis de le coucher en sortant directement de la chambre après une ou deux courtes phrases, en lui ayant bien spécifié qu’on reste juste à côté.

Et on n’y retourne qu’au bout de 5 minutes, même s’il pleure.

Puis les deux phrases, et on y retourne encore, mais cette fois-ci au bout de 10 minutes. On répète avec un intervalle de 15 minutes, que l’on répète jusqu’à endormissement…

Pour beaucoup, cette méthode s’apparente à du dressage au sommeil, elle n’est d’ailleurs quasiment plus utilisée.

 

La méthode personnelle

Toutes les lectures du monde ne donneront jamais la solution idéale, tout simplement parce qu’elle n’existe pas. Chaque bébé a un sommeil différent, des cycles différents, qu’il s’agit de laisser se mettre en place et de comprendre. Les parents développent donc chacun leur approche bien à eux, au contact de l’enfant et en fonction de leurs convictions éducatives, et c’est tant mieux !

 

Partager ce contenu:


Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>